En effectuant des recherches pour un autre article, je suis tombé sur le concept de « l’effet IA » , dont j’en n’avais jamais entendu parler auparavant. Concrètement, à chaque fois que la recherche atteint un tournant dans le domaine de l’Intelligence Artificielle (IA), cela n’est plus considéré comme de l’IA.

Prenons l’exemple du jeu d’échecs. Il a fallu des décennies pour qu’une IA puisse gagner contre un humain à ce jeu. Mais dès que c’est arrivé, on a commencé à dire que c’est n’était pas de la vraie intelligence artificielle. Même si un ordinateur anticipait tous les mouvements possibles se donner les meilleures chances de victoire, on continue à dire que « c’est trop mécanique pour être de l’IA».

Considérez-vous encore la reconnaissance faciale comme de l’IA ? Nous avons tellement l’habitude de l’utiliser sur nos smartphones ou nos appareil photos que l’on ne la remarque plus.

Avez-vous l’impression d’utiliser de l’IA sur un service de traduction comme Google Traduction ? Pas vraiment. Il en va de même pour les options de traduction sur notre fil d’actualité Facebook et Twitter.

Pensez-vous vous se servir de l’IA lorsque vous utilisez votre GPS pour éviter les bouchons ?

Étonnamment, à chaque fois que l’on croit s’approcher de l’IA, elle disparait. Rodney Brooks, disait à ce sujet que chaque fois que nous en découvrons une partie, cela cesse d’être magique et l’on dit : « Oh, c’est juste un calcul ».

Je pense qu’il y a un autre élément qui nous empêche de considérer l’IA comme telle. C’est l’échec. On veut que l’Intelligence Artificielle ne connaisse pas l’échec pour que ce soit véridique. Si elle est vraiment intelligente, elle devrait toujours avoir raison.

L’ordinateur DeepBlue n’a pas gagné tous les matchs contre Kasparov. Parfois, le GPS se trompe. Notre caméra ne détecte pas toujours les visages. Et il y a des traductions mauvaises sur Google Traduction. Comment l’IA puisse être « intelligente » alors qu’elle se trompe encore ? Comment pourrait-elle être intelligente alors que je peux voir quand elle se trompe ? Nous sommes sévères envers l’IA, probablement parce que le penser nous fait nous sentir mieux.

Comme l’IA n’est pas parfaite, on peut adopter une approche pragmatique et mesurer l’intelligence artificielle avec l’intelligence humaine. Pendant mes recherches, j’ai également découvert qu’il existe un jeu appelé échecs avancés. Essentiellement, dans ce jeu le joueur d’échecs se fait assister par une Intelligence Artificielle.

L’IA n’est certes pas parfaite mais on peut adopter un comportement pragmatique : compenser l’IA avec l’intelligence humaine. Au lieu de mettre en concurrence l’Homme et la Machine, ils se combinent pour produire du jamais vu. C’est probablement la meilleure manière d’évaluer les bienfaits et les limites que l’IA peut offrir aujourd’hui.