L’intelligence artificielle et les robots

Dans la culture populaire, un robot est une machine intelligente à l’aspect humanoïde. On peut constater que l’imaginaire commun est davantage nourri par cette culture plutôt que par la robotique réelle.

En effet, quand nous croisons un robot, nous nous attendons à ce qu’il soit aussi intelligent qu’il y paraît. Plus son apparence humaine est développée plus nos attentes sont élevées. En parallèle, ce niveau d’exigence ne se retrouve pas sur les appareils non-humanoïdes.

On pourrait croire qu’avec l’essor des assistants intelligents comme Alexa ou Google Home, notre connaissance au niveau logiciel et mécanique soit meilleure, mais cela ne semble pas s’appliquer pour les robots de services.

 

Qu’est-ce qu’une intelligence artificielle ?

L’IA est une affaire de logiciel soit un ensemble de codes. Wikipédia l’a définie comme une partie de l’informatique. Sans rentrer dans les détails techniques, l’Intelligence Artificielle a deux objectifs principaux :

  • Automatiser des tâches très spécifiques comme les systèmes de reconnaissance optique de caractères permettant de transformer des images de textes imprimés ou dactylographiés en texte.
  • Simuler l’intelligence humaineen utilisant de la donnée et des statistiques. Cela englobe les termes un peu flous que sont le deep learning ou machine learning. Encore une fois, il s’agit de tâches spécifiques : jouer aux échecs, reconnaitre des images ou prédire le cours des actions. L’intelligence artificielle qui joue aux échecs ne peut cependant pas prédire le cours des actions ou reconnaître des images car l’IA n’est pas une solution universelle.

Les usages pour l’IA continuent de s’accroître : Je citais l’assistant vocal, mais on retrouve aussi l’IA dans les jeux vidéo, dans la détection des fraudes ou dans les messages publicitaires. L’IA est aussi présente sur Facebook au niveau de la reconnaissance des visages sur les photos.  L’IA sera bientôt partout, fonctionnant en arrière-plan, sans que l’on puisse la reconnaître en tant que telle.

 

Qu’est-ce qu’un robot ?

Un robot, en revanche, est un outil physique, une machine qui peut être programmée pour exécuter certaines opérations de façon autonome ou semi-autonome. Il ne ressemble pas forcement à un humain mais quand c’est le cas, nous parlons alors de robot humanoïde. Une porte automatique, par exemple, est considérée comme un robot. Elle peut reconnaitre une présence grâce à ses capteurs et utiliser ses déclencheurs pour s’ouvrir. Il n’y a pas beaucoup d’intelligence et de raisonnement dans tout cela, mais cela reste un robot.

Les lignes d’assemblage des usines sont probablement le meilleur exemple pour comprendre ce qu’est un robot. Ce sont des machines qui exécutent des tâches précises et répétitives grâce à leurs capteurs et déclencheurs.

 

La fusion de l’IA et de la robotique

 

L’un des premiers produits nés de la fusion entre IA et robotique et mis en vente au grand public est le robot aspirateur Roomba. Si l’on s’accorde à dire qu’il n’a rien d’un humanoïde, il s’agit pourtant bel et bien d’un robot. L’IA y est utilisée sur son système de navigation, lui permettant de respecter sa zone de déplacement prédéfinie. On ne peut pas voir l’IA travailler mais on peut apprécier son résultat : le sol est propre.

De la même façon, l’IA sur Heasy (un lien hypertexte vers la page commercial de Heasy) sert aussi pour la navigation. L’objectif est qu’il puisse naviguer de façon autonome et dynamique en évitant les obstacles, mais aussi qu’il puisse utiliser les données provenant de sa caméra pour optimiser ses opportunités d’interaction.

Un robot qui parle est lui aussi doté d’IA. Dans ce cas, l’IA traduit un discours parlé en texte écrit, pour ensuite traiter ce texte et fournir une réponse (à la manière des chabots). Il est intéressant d’observer que grâce à internet et aux technologies qui l’entourent (réseaux, Wi-Fi, interfaces de programmation applicative, etc.), il suffit simplement que le robot écoute la voix à travers un microphone. Tout le reste – la synthèse vocale et les raisonnements – peuvent fonctionner à distance, dans le cloud.

Les robots sociaux sont des robots avec une Intelligence Artificielle accrue. Il ne faut pas être impressionné par un robot ou le juger sur son apparence. Terminator n’est pas pour tout de suite car ni la partie logicielle ni la partie mécanique ne sont encore assez développées.

S’ils n’arriveront pas dans nos foyers dans les prochaines années, les robots sociaux sont déjà dans nos centres commerciaux, dans nos gares et dans nos bureaux. Les entreprises ont compris que les robots peuvent être utilisés comme une autre interface pour communiquer avec leurs clients et leurs employés.